41 - Analyse des Questions

 

 

Analyse des Questions (par ordre chronologique)

 

Nous n'analysons ici que les questions dites "intéressantes", c'est à dire qui abordent des sujets générateurs d'arguments anti-CIgéo, ou qui obligent l'ANDRA à donner une réponse précise. Et à l'évidence les réponses ne sont que des affirmations gratuites, même si la CPDP, dans la réponse à la Question 61 ose écrire : La CPDP vérifie que toutes les réponses répondent bien aux questions posées, de manière précise et transparente ! 

 

 

 

 

 

 


QUESTION 523

La confiance dans les modèles mathématiques ?

La réponse de l'ANDRA tient en une seule phrase leitmotive : Les études menées par l’Andra ont montré que l’impact du stockage serait nettement inférieur à celui de la radioactivité naturelle à l’échelle du million d’années.


QUESTION 515

La confiance que les habitants et les élus de Pontfaverger-Moronvilliers ont accordée aux scientifiques ?

La différence sémantique entre un développement économique qui permet une valorisation du territoire après une action de développement, et une activité économique, pur feu de paille qui génère nuisances et dégradations multiples après le passage des exploitants d'une industrie nucléaire.


QUESTION 503 - 514

L'impact de la Hague sur les ventes de camembert de Normandie ?

La réponse tarde à venir. Nous, nous la connaissons : cela a même été l'objet d'une conférence. L’expérience de deux entreprises contraintes de changer de nom en raison de la proximité d’une installation nucléaire : le beurre de La Hague au début des années 80 devenu beurre du Val de Saire puis Les Maitres Laitiers du Cotentin, l’AOC des coteaux du Tricastin devenus « Grignan-Les Adhémar » en 2010 »

Verra t-on la réponse de Bertrand THUILLIER donnée à la QUESTION 514 : Une contamination peut en effet être présente, mais le problème se situe plutôt dans l'image qui sera véhiculée sur les productions locales. Je vous invite à lire ce qui est dit concernant le beurre de la Hague dans Wikipédia : "En 1905 est fondée une coopérative autour de la laiterie de Gréville. En 1962, elle s'associe à d'autres coopératives du Cotentin au sein de l'UCALMA qui devient en 1985, les Maîtres laitiers du Cotentin. Jusqu'à sa fermeture, la laiterie de Gréville fabrique un beurre vendu sous le nom de « beurre de la Hague », puis rebaptisé en beurre « Val de Saire » à cause de la mauvaise image donnée par l'usine de la Cogema.". Non seulement, il apparaît que l'appelation a dû être changée, mais finalement, cela n'a pas empêché la fermeture de la laiterie.

L'ACRO fait un suivi de l'état de l'environnement, pas rassurant. AREVA publie les rejets de carbone 14.


QUESTION 495

Que stocke la plateforme de Velaines (Meuse) ?

La plate-forme de Velaines a été mise en service en 2011. Il s’agit d’une plate-forme logistique de pièces de rechange pour les centrales nucléaires EDF, explique l'EDF. Mais en oubliant de préciser qu'elle sert de relais pour le transport de matières radioactives !


QUESTION 472

L'impact négatif sur l'image des produits agricoles ?

Bien sûr l'ANDRA n'en voit pas. Et prend les sites de l'Aube pour exemple. Bertrand THUILLIER confirme que ce canton est à dominante agricole, et la dégradation de l'image de ces productions va bien entendu à l'encontre d'un développement harmonieux et pérenne de ces territoires.


QUESTION 470 - 471

Le chantier : création d'un "ghetto-ALGECO" ?

Excellente question du Conseiller général de MONTIERS-SUR-SAULX : A cause de la sous-traitance, le chantier risque de n'employer que des travailleurs étrangers, vivant dans des ALGECO, sans aucune famille, sans vie économique...


QUESTION 455

Le risque d'incendie ?

Excellente réponse de Jean-Claude ZERBIB : Le problème incendie, notamment dans les alvéoles de stockage des déchets bitumeux, est très sérieux pour au moins trois raisons :

- il est difficile de lutter contre un feu de bitume. Il existe une quantité importante de fûts de bitume (10 000m3) appelés à être stockés.
- l’inflammation de l’hydrogène produit des températures élevées (environ 2000°C)
- l’expérience des situations accidentelles a montré qu’il était très difficile de lutter contre un incendie dans un tunnel routier ou dans une mine, du fait de la propagation plus rapide du feu, des gaz chauds, et des réflexions sur les parois qui produisent un effet de "four".


QUESTION 444

La maîtrise des risques dans CIGéo ?

Excellente question : A La Hague, géré par AREVA, l’ASN relève en moyenne trois incidents nucléaires par an (manutention, rejets, incendie, etc. ), avec une tendance à la hausse ces dernières années. Comment l’ANDRA va t-elle faire pour limiter ces risques sur CIGéo ?


QUESTION 428

La fermeture de CIGéo sera t-elle progressive ?

Comme écrit page 51 du document du maître d'ouvrage : "la fermeture du stockage se fera de manière progressive, selon un processus décisionnel qui devrait être défini dans la future loi fixant les conditions de réversibilité du stockage".

Ou bien se fera t-elle en fin de remplissage, avec un vote du Parlement. Y aura t-il encore un Parlement dans un siècle, et encore une France ?


QUESTION 414

Création d'une ZIN - Zone d'intéret national ?

Selon le rapport d’information parlementaire de MM Christophe BOUILLON et Julien AUBERT, présenté le 03/07/2013, parce que le projet Cigéo présente un enjeu majeur pour la France.


QUESTION 409

La meilleure solution ?

Réponse de Bertrand THUILLIER : L'entreposage en surface ou en sub-surface permet une surveillance, des interventions en cas de problèmes, et des retraits en cas de solution alternative que le stockage souterrain ne permet pas en raison des accès et des ouvertures, par définition, limités, voire impossibles.

L’entreposage à sec à proximité des lieux de production, d’une durée de 200 à 300 ans renouvelables, est déjà la solution adoptée et éprouvée aux Etats-Unis, par exemple dans le démantèlement de la centrale de Surry, y compris pour ses combustibles usés.


QUESTION 402

Les déchets d'ITER ?

Sachant qu'iTER est un projet international et qu'il est interdit de stocker des déchets radio-actifs étrangers sur notre territoire, est-ce légal de stocker à BURE les déchets d'ITER ? Toujours pas de réponse 80 jours passés !


QUESTION 395

Une réversibilité pérenne ?

Une remarquable question qui aborde notamment la responsabilité des scientifiques et qui n'a toujours pas de réponse 80 jours passés !


QUESTION 386

Les gros problèmes d'ASSE ?

Très gonflée l'ANDRA dans sa réponse ! L'ANDRA critique le projet sans aucune gêne : Lors du creusement de la mine, aucune précaution n’avait été prise pour préserver le confinement assuré par le milieu géologique. Le stockage n’avait pas non plus été conçu au départ pour être réversible. Les conditions de stockage sont critiquées, certains fûts ayant été stockés en vrac, déversés depuis le haut des fosses de stockage, remblayées ensuite avec du sel. Les difficultés rencontrées aujourd’hui à Asse illustrent pleinement l’importance d’une démarche d’étude scientifique et d’évaluation préalablement à la décision de mettre en œuvre un projet de stockage. Alors qu'elle était partie prenante : Voir le cahier d'acteurs n°xx et tout particulièrement la page -V- de ce document

De plus, le célèbre député Christian BATAILLE, grand promoteur de CIGéo, avait validé le projet ASSE et déclaré dans un rapport de l'OPECST : "Au terme des recherches conduites sur la structure géologique de l’ensemble du pays, ont été successivement sélectionnées les régions puis les sites favorables. Le verdict final a été prononcé en faveur du sel et de l’argile." Mieux encore : il affirme que La démonstration de faisabilité a été faite dans la mine de sel d’ASSE. Voir le cahier d'acteurs n° xx et tout particulièrement la page 201 de ce document.


QUESTION 383

Le problème de l'hydrogène ? L'inertage des volumes ?

L'ANDRA confirme avoir retenu une architecture permettant de séparer la zone nucléaire de la zone en travaux, en rendant ces deux parties complètement indépendantes dans toutes les situations de fonctionnement, normales ou accidentelles. Ainsi il n’y aura jamais de travaux de forage dans la zone où sont stockés les déchets. On voudrait bien savoir comment !


QUESTION 382

La comparaison du coût entreposage en surface et stockage géologique ?

Excellente question. Sans réponse ! Pourquoi ?


QUESTION 361

La précipitation de la construction de CIGéo ?

La réponse de Bernard LAPONCHE de Global Chance : la précipitation actuelle pour réaliser à tout prix le projet Cigeo n’a pas de véritable justification. Il y a actuellement d’autres priorités sur les stockages et entreposages existants (résidus des mines, stockages en surface, entreposage des combustibles irradiés en piscines), avant de se lancer dans le stockage profond (si tant est que celui-ci soit justifié, ce qui n’est pas le cas).


QUESTION 358

L'entreposage en surface ?

La réponse de Bernard LAPONCHE de Global Chance : La solution qui me paraît la moins mauvaise est l’entreposage réversible (on peut récupérer les déchets) et contrôlable, pendant une période d’environ 300 à 500 ans (période pendant laquelle il faudra de toute façon contrôler les stockages en surface), à sec (après le séjour indispensable dans des piscines qui seraient elles-mêmes sécurisées) et non pas en surface mais en sub-surface (à flanc de colline par exemple afin d’assurer l’accessibilité et la facilité de retirer éventuellement des déchets, par exemple pour les reconditionner).


QUESTION 345

Les déchets militaires ?

L'ANDRA donne la liste des sites nucléaires militaires.


QUESTION 340

Quelques précisions sur le panel de la Conférence des citoyens

Une enquête d’opinion nationale sur 400 personnes et un appel téléphonique aléatoire de 400 autres personnes, jusqu’à l’obtention d’un groupe de citoyens de 20 personnes suffisamment diversifié (en termes d’âge, de sexe, de catégorie socioprofessionnelle), tout en étant non spécialistes (par leur profession ou leur engagement associatif) de la question des déchets nucléaires.


QUESTION 338

Les risques du transport des colis et le droit de retait de la population exposée ?

Pas de réponse. Pourquoi ?


QUESTION 325 et 328

Les risques du transport des colis ?

Les réponses de l'ASN, qui fait état de crash test en Allemagne et en Angleterre.


QUESTION 320 et 364

Le coût du retrait des colis ?

Excellente question sans réponse. Que fait la CPDP, que fait la CNDP pour obliger l'ANDRA à répondre ?


QUESTION 319

La non-continuité entre les deux débats publics de 2005 et 2013 ?

Bonnes remarques. Conseils dont on n'a pas tenu compte. Avis par ailleurs partagé par Global Chance.


QUESTION 318 et 252

Question sur la signalétique de CIGéo et les changements climatiques ?

Pas de réponse. Pourquoi ?


QUESTION 315

La compétitivité du coût de l'électricité nucléaire ?

Peut-on contester cette démonstration du ministère de l'Ecologie ?


QUESTION 311

Question sur les ultratempératures ?

Pas de réponse. Pourquoi ?


QUESTION 309 - 479 - 480

Les convois qu'on voit ? CIgéo : un cream contre l'humanité ?

Question longue - réponse courte : Vos propos sont insultants Madame Pascale VINCENT !

Et ils sont offensants à la question 479 ! Et sous votre responsabilité à la question 480 !


QUESTION 304

La sûreté de CIGéo ?

Je suis totalement rassuré : l'ANDRA procède même a des essais de freinage sur le funiculaire !


QUESTION 303

Les captages d'eau de RIBEAUCOURT et de BIENCOURT ?

Intéressante question à mettre en corrélation avec la QUESTION 156.

En cours de questionnement avec le CLIS de BURE, l'ANDRA, le PRÉSIDENT DU SYNDICAT DES EAUX DE LA VALLÉE DE L'ORGE...


QUESTION 296

Le financement de CIGéo ?

Au 31/12/2012, 7,1 milliards d'euros étaient déjà provisionnés dans les comptes d'EDF. Ce dispositif financier permet de garantir que les sommes nécessaires à la réalisation du stockage et à l'exploitation de Cigéo seront bien disponibles le moment venu, et de ne pas faire peser cette charge sur les générations futures. 


QUESTION 287

Extrapolation à 100 000 ans des résultats ? L'intrusion  ? Pourquoi pas le cuivre ?

Questions techniques : réponses techniques. Confirmation de 65 mm pour l'épaisseur du sur-emballage des HA. 


QUESTION 279

La légalité du processus décisionnel de CIGéo ? 

Ce mécanisme d’autorisation a été défini par le Parlement dans la loi 2006-739 relative à la gestion durable des matières et des déchets radioactifs : article 12 aujourd’hui codifié à l’article L.542-10-1 du code de l’environnement.


QUESTION 278

Les radionucléides à Vie Longue stocké au centre de Soulaines ? 

Il n'y a pas tromperie puisque c'est en accord avec l'ASN !


QUESTION 277

Le risque d'explosion du à l'hydrogène ? 

L'ANDRA confirme : dans le pire des cas, à moins d’une panne de ventilation qui durerait plus d’une dizaine de jour, la concentration en hydrogène dans les alvéoles ne dépassera pas la limite d’explosivité. Au vu du retour d’expérience industriel et minier, ce laps de temps est suffisant pour mettre en place une ventilation de secours. 


QUESTION 275

Les recherches du CEA sur la valorisation des déchets ultimes ? 

Réponse du CEA.


QUESTION 270

La comparaison avec l'impact du centre de Pontfaverger-Moronvilliers près de Reims ? 

Un lanceur d'alerte constate que là-bas, le taux de radioactivité dans la nappe phréatique a augmenté de 3 000 % par rapport au stade initial.

L’ANDRA répond : Les valeurs maximales relevées se situent à un facteur 3 en dessous de la recommandation de l’organisation mondiale de la santé (OMS-AIEA) relative à l’eau destinée à la consommation humaine, et fixée à 30 microgrammes par litre d’eau.

En simplifiant : on peut donc être 3 000 % plus élevé qu’au stade initial et être à 33% de la recommandation de l’AIEA-OMS ! Problème : quelle conclusion tirer si le riverain consomme 3 fois plus d'eau que la norme ? Notamment à cause du pastis !


QUESTION 268 - 483

La protection contre les rayonnements durant le transport ? 

Par route et par rail, l’intensité de rayonnement dans les conditions de transport de routine ne doit pas dépasser 0,1 milliSievert (mSv) par heure à 2 mètres de la surface externe du véhicule. Il faudrait donc qu’une personne reste au moins 10 heures à 2 mètres d’un wagon contenant des substances radioactives pour atteindre la limite de dose annuelle fixée pour le public (1 mSv). Hors situation incidentelle, il n’y a donc pas lieu d’interdire l’accès à une gare où stationne un convoi de substances radioactives. 


QUESTION 260

L'impact dans 100 000 ans ? 

C'est un des problèmes de la communication de l'ANDRA : selon le public concerné l'ANDRA utilise la limite de 100 000 ans, ou de 1 million d'années ! Pour la QUESTION 261, l'ANDRA parle de plusieurs centaines de milliers d'années !


QUESTION 259 - 433

L'argilite se délite en quelques minutes ? 

Réponse résumée : Compte tenu de son volume très important, le massif argileux ne pourrait se déliter en présence de venues d’eau externes que de façon très localisée. En tout état de cause, ce type d’incident ne remettra pas en cause la sûreté du stockage.

Voir également la réponse 433, dont le court commentaire de Monique SENE.


QUESTION 250

La répartition des coûts de CIGéo ? 

78 % pour EDF, 17 % pour le CEA et 5 % pour Areva..


QUESTION 249

Gestion RFID et mémoire du site ? 

L'ANDRA étudie ! L'ANDRA étudie aussi la création d’un bâtiment dédié à la mémoire qui pourra accueillir les archives des producteurs si nécessaire en plus des archives de l’Andra.

QUESTION 246

Les déchets étrangers ? 

Pas encore de réponse !

QUESTION 244

Les failles dans le périmètre de CIGéo ? 

L'ANDRA est formelle : il n'y en a pas. Elle a même la caution de l'IRSN !

QUESTION 208

L'indépendance des scientifiques ? 

L'ANDRA présente les éléments qui, pour elle, sont des gages de la robustesse de la démarche qui est mise en œuvre pour garantir la sûreté du projet. Voir le cahier d'acteurs n° 76 qui exprime quelques doutes sur l'indépendance des chercheurs et des scientifiques.

QUESTION 197

Je veux travailler pour l'ANDRA ? 

Facile : Il faut se rapprocher de l'association Energic ST 52/55. Contacts et informations.  

Appels d’offres en cours.


QUESTION 196

L'incendie ? 

L'architecture souterraine retenue pour le stockage permet aux secours d'intervenir dans des galeries à l'abri des fumées et facilite l'évacuation du personnel. On voudrait bien connaître cette architecture.

QUESTION 185

Le synroc (Synthetic Rock) et la frite de verre ? 

Le synroc, c'est moins bien que la frite de verre. Même si, les contraintes mécaniques lors du refroidissement du verre après sa coulée engendrent effectivement une fracturation. Ce phénomène est connu et ne remet pas en cause les propriétés très favorables du verre dont la dissolution s’étale sur plusieurs centaines de milliers d’années. La fracturation est intégrée dans les analyses de sûreté qui doivent prendre en compte notamment les vitesses auxquels les colis de déchets vont se dégrader dans le temps et relâcher les radionucléides.

QUESTION 166 - 412

SOMET : un projet de CAMPUS à BURE ? 

Ce projet de campus s’inscrit dans le cadre de l’accord établi entre l’Andra et l’Université de Lorraine, en s’appuyant plus spécifiquement sur les pôles scientifiques OTELo (OSU-Observatoire Terre et Environnement de Lorraine) et A2F (Agronomie, Agroalimentaire, Forêt) de l’université de Lorraine et l’INRA Nancy Champenoux.

QUESTION 164

Le code des marchés publics ? 

L’Andra n’est pas soumise au code des marchés publics mais à l’ordonnance 2005-649 du 6 juin 2005 et à son décret d’application 2005-1742 du 30 juin 2005.

QUESTION 158 - 160 - 195 - 386

L'exemple d'ASSE ? 

Dans sa réponse l'ANDRA tape sur ASSE. Elle est "gonflée" puisqu'elle a été partie prenante. Voir le cahier d'acteurs n°xx et tout particulièrement la page -V- de ce document

De plus, le célèbre député Christian BATAILLE, grand promoteur de CIGéo, avait validé le projet ASSE et déclaré dans un rapport de l'OPECST : "Au terme des recherches conduites sur la structure géologique de l’ensemble du pays, ont été successivement sélectionnées les régions puis les sites favorables. Le verdict final a été prononcé en faveur du sel et de l’argile." Mieux encore : il affirme que La démonstration de faisabilité a été faite dans la mine de sel d’ASSE. Voir le cahier d'acteurs n° xx et tout particulièrement la page 201 de ce document.


QUESTION 156

Les captages d'eau potable ? 

On dénombre 15 captages dans un rayon de 10 km, à des profondeurs allant de 3 à 330 mètres. Les captages les plus proches de la zone étudiée sont peu profonds. Aucun de ces captages n'atteint la couche d'argilite.

Les limites et références de qualité des eaux destinées à la consommation humaine sont fixées par un arrêté du 11 janvier 2007. Concernant, la radioactivité, la référence de qualité porte sur la dose totale indicative (DTI), qui correspond à l’exposition annuelle résultant d’une consommation régulière de l’eau. Cette référence de qualité est fixée à 0,1 mSv.

Questions :
De quel dossier est extrait cette carte ?
Sur cette carte, ne figurent aucun des captages d'eau potable situés au Nord-Est dans la vallée de l'Ornain et autres lieux, pourquoi ?
Certains de ces forages ou sources ne risquent-ils pas d'être perturbés par le creusement de la descenderie de CIGÉO ?
Comment imaginer que l’on puisse continuer à boire de l’eau de la ZIRA , pendant le premier siècle de l’enfouissement, et après ?

Cette affaire est à mettre en corrélation avec la QUESTION 303


QUESTION 141

L'hydrogène ? 

Après fermeture, l'ANDRA affirme que la pression maximale atteinte par l’hydrogène ne remet pas en cause les capacités de confinement de la couche d’argile. La pression devenant énorme, n'y a t-il ps un risque d'effet gaz de volcans qui auraient envie de créer des cheminées vers la surface ?


QUESTION 138

Un test en réel ? 

Il est prévu. Ces essais seront complétés par un programme de démonstration industrielle à l’échelle 1 dans Cigéo, avant la mise en exploitation de l’installation. Si à la fin du programme de démonstration, l’Autorité de sûreté nucléaire estime nécessaire de poursuivre les observations, elle pourra demander des compléments à l’Andra.

L’Andra propose qu’un rendez-vous soit programmé 5 ans après la mise en exploitation pour évaluer la phase de démarrage et préparer le passage à une nouvelle phase d’exploitation


QUESTION 124

Les sommes versées aux élus et instances locales ? 

Tout y est !


QUESTION 122

Les cancéreux et séropositifs en retraite gratuite à BURE ? Au cas où BURE deviendrait notre Tchernobyl national...

Colère de l'ANDRA : propos scandaleux ! : Martin LAPORTE est un vilain. Et la CPDP a osé publier la question ?


QUESTION 121

Les risques pour les activités agricoles ?

Réponse de l'ANDRA : pas de problèmesLa sûreté du stockage étant garantie, est-ce que l’image des produits locaux pourrait être ternie par la présence de Cigéo ? L’expérience prouve que non : de nombreuses installations nucléaires coexistent en France avec des activités agricoles, sans qu’elles en souffrent. L’industrie et l’agriculture ont toujours coexisté en France, il n’y a pas de raison que cela ne dure pas.


QUESTION 111

Les nappes phréaiques ?

L'ANDRA résume bien ici la présence des différentes nappes selon la profondeur. Mais le discours est toujours le même : une contamination ne peut pas arriver. Et si elle arrivait, elle serait en dessous des 0,01 mSv/an, chiffre donné à la Question 24...


QUESTION 106

L'arrosage financier ?

Pas du tout : il s'agit d'accompagnement économique du territoireAinsi, les sommes issues des taxes d’accompagnement et de diffusion technologique sont gérées par deux groupements d’intérêt public (GIP) en Meuse et en Haute Marne, afin de réaliser les actions suivantes décrites à l’article L. 542-11 du Code de l’environnement :

1° « gérer des équipements de nature à favoriser et à faciliter l'installation et l'exploitation du laboratoire ou du centre de stockage » ;

2° « mener, dans les limites de son département, des actions d'aménagement du territoire et de développement économique, particulièrement dans la zone de proximité du laboratoire souterrain ou du centre de stockage dont le périmètre est défini par décret pris après consultation des conseils généraux concernés » ;

3° « soutenir des actions de formation ainsi que des actions en faveur du développement, de la valorisation et de la diffusion de connaissances scientifiques et technologiques, notamment dans les domaines étudiés au sein du laboratoire souterrain et dans ceux des nouvelles technologies de l'énergie. »

Il s’agit donc de sommes destinées au développement du territoire autour du projet, afin de faciliter son insertion dans le territoire Meusien et Haut-Marnais.

Dans le cadre du contrôle de légalité, l’Etat contrôle que l'affectation des ressources fiscales et des dépenses des collectivités respectent la réglementation. De plus, l'Etat, est administrateur ou commissaire du gouvernement des GIP et vérifie dans ce cadre l’utilisation des ressources qui leur sont dévolues.


QUESTION 93

Les déblais (les verses) ?

L'ANDRA annonce 6 millions de m3. A comparer avec le tunnel sous la manche : 7 millions de m3 !


QUESTION 87

Les risques avec l'eau - La géothermie ?

L'ANDRA fait bien la différence avec la géothermie de surface et celle à 2 000 m. Elle rappelle les conclusions du rapport n°4 de juin 2010 de la CNE : Le trias de la région de Bure ne représente pas une ressource géothermique potentielle attractive dans les conditions technologiques et économiques actuelles. GéoWatt a déclaré le contraire !


QUESTION 74

Pourquoi pas un référendum ?

La réponse rappelle les termes du processus décisionnel, l'article de la Loi L. 542-10 du Code de l’Environnement, et les étapes du schéma. 


QUESTION 70 - 213

Les tremblements de terre ?

L'ANDRA est formelle : Un séisme pourrait se produire, au plus près, au niveau de la faille de la Marne, à environ 10 kilomètres du site, tous les 100 000 à 1 million d’années et serait d’une magnitude d’environ 6. Cigéo est conçu pour que plusieurs séismes de ce type n’altèrent pas sa capacité à confiner la radioactivité contenue dans les déchets stockés.


QUESTION 67

Les risques durant le transport ?

Intéressante réponse qui analyse l'ensemble des risques et des impacts.


QUESTION 59

Les risques pour l'environnement ?

Réponse de l'ANDRA : il n'y en a pas ! Impact rédiologique : Plusieurs dizaine de fois inférieur à l’impact de la radioactivité naturelle (qui est de 2,4 mSv par an en moyenne en France). L'ANDRA garantit : 0,01 mSv/an, chiffre donné à la Question 24...


QUESTION 56

La détérioration de l'infrastructure et de la robotique ?

Réponse de l'ANDRA et d'AREVA : nous avons en France les meilleurs robots du monde !


QUESTION 53

Le pire évenement possible et redouté de CIGéo ?

L'Andra maitrise le pire évènement et en connaît l'impact : La situation la pire en termes de conséquences proviendrait de l’accumulation des nombreuses défaillances successives suivantes :

- un départ de feu malgré la minimisation des matériaux inflammables dans l’installation;

- une détection tardive du fait d’une défaillance du réseau de surveillance

- un système d’extinction inopérant;

- une intervention des pompiers retardée ou empêchée, malgré la présence d’engins de secours disposés dans l’installation;

- la perte de confinement d’un colis de déchets malgré la protection apportée par le conteneur de stockage.

Ceci engendrerait alors un rejet incontrôlé de particules radioactives à l’extérieur de Cigéo. L’évaluation réalisée, à ce stade de la conception, de l’impact d’un tel scénario hautement improbable montre que ses conséquences resteraient limitées, et nettement en deçà du seuil réglementaire qui impose la mise à l’abri des populations (10 millisieverts).


QUESTION 46

Les pannes sur les machines assurant le placement des colis ?  
Merci de donner une traduction à cette réponsePour les colis de stockage de déchets HA, le robot pousseur permettant leur stockage est conçu de manière à ce que le câble assurant son alimentation électrique permette de le tracter en dehors de l’alvéole en cas de panne.


QUESTION 39 -225

La maîtrise des risques ?

La réponse de l'ANDRA contient deux phrases clé :

L’Andra doit démontrer qu’elle maîtrise tous ces risques pour que la création de Cigéo puisse être autorisée.

- Comment les générations futures nous jugeront-elles si nous leur laissons la gestion de nos déchets, sans possibilité de choix ?


QUESTION 35

Le choix du site de BURE ?

L'ANDRA le justifie notamment avec les évaluations de la CNE : le site géologique de Meuse/Haute-Marne a été retenu pour des études poussées, parce qu’une couche d’argile de plus de 130 m d’épaisseur et à 500 m de profondeur, a révélé d’excellentes qualités de confinement : stabilité depuis 100 millions d’années au moins, circulation de l’eau très lente, capacité de rétention élevée des éléments. 

Lire le cahier d'acteurs n° 80 : la CNE y exprime quantité de réserves et de conditions !


QUESTION 30

Risques d'incendie ou d'explosion (chaleur des colis radioactifs, dégagement d'hydrogène...) ?

L'ANDRA répond : Tout est prévu pour qu'il n'y ait pas d'incendie et pas d'explosion. Et si il avat un incendie ou une explosion, iln'y auarait aucun impact sur les colis et sur les installations et pas de perte de confinement. C'est la maîtrise globale des risques.

Affirmation gratuite.


QUESTION 24

Les rejets radioactifs de CIGéo comparés à la radioactivité naturelle ?

L'ANDRA répond : 0,01 mSv/an pour la population, que cela soit en exploitation ou après fermeture, ou dans 100 000 ans ! 

Il suffit de le croire.


QUESTION 20

Cette concentration de déchets n'est-elle pas déraisonnable ?

L'ANDRA répond : L’Andra prend systématiquement des mesures pour supprimer les risques ou réduire leur probabilité, détecter tout dysfonctionnement et maîtriser leur impact dans l’hypothèse où des situations accidentelles interviendraient malgré les précautions prises. 

Affirmation gratuite.


QUESTION 6 

Pourquoi pas un stockage pérenne en surface ?

L'ANDRA répond : "En cas de perte de contrôle de telles installations, les conséquences radiologiques sur l’homme et l’environnement ne seraient pas acceptables." 

Le stockage en couche géologique est préférable : la géologie prend ainsi le relais de l’homme pour garantir la sûreté sur ces grandes échelles de temps. Cela nécessite une géologie favorable, comme celle de BURE. 

Affirmation gratuite.